NU: 2 fragments *


(extrait de «Fragments from Mu»)

Prémisse: Après le coup ultime dans une partie de Tarot le narrateur tombe en transe, et s’efforce de s’en sortir. Il fait part de son expérience dans une lettre imaginée à son Amour.

[1]

Je pense avoir déja été içi.

Des vulves en céramique
encadrent le portail verrouillié.

La Première Loi d’E-motion,
postulée par D.J. Com
au Faux Pas
à l’Epoque de LePen,
me transporte en-deça
d’un Mur de Feu.

Deux grands pouces relevés,
comme des crochets dans le mur,
montrent la voie vers la fenêtre:
main gauche sur pouce d’en haut,
pied droit sur pouce d’en bas,
puis, m’étirant, main droite
sur la poignée.

Je commence à grimper.

Me levant, j’aperçois
en face de moi du graffiti
qui dit: “README,”
pendant que le Mur de Feu
tombe, laissant à sa place
un pillier Abstraix de fumée.

Je regarde par-dessus
mon épaule, dialectiquement,
bloquant l’Eternel Rebours
avec une cale cervelle-gauche.

Le vérrou tourne dans la serrure:
les vulves en céramique
qui longent le portail
se métamorphosent en Lotus…
en algues… en Rhizomes…
en mousse… en Flashs—
pouf!pouf!pouf!pouf!pouf!

Entrant dans la salle,
au fond du coin à gauche,
s’avance la manifestation quadruple
(Béatifique) de mon gêolier:
une femme souriante,
dont il me semble
avoir le souvenir,
les jambes croisées,
les pieds en pointe,
qui est Shiva
de la Force Faible,
Champion des Tootsies,
redevenu Star l’Irénique,
sous forme de M. Propre,
le Génie de la Forêt Méta.

Le Génie, corps nu et huilé,
aux Ongles pointues—
tel Cirrus et Nyce
dans les visions de Viagra—
caresse la fumée avec des gestes
Magiques, et me fixe des yeux,
avec un large sourire.

“Esclave du Regret!
Vois cette Carte du Temps Perdu!”

Je reconnais le Chapitre M
Vers MM du Manuel de Station-P
et je tiens bon—
regardant le Génie
par-dessus mon épaule,
comme le Patron Hertz
face aux Lueurs Hale-Bops
aux Derniers Temps.

Frottant son pouce contre
le bout des doigts, le Génie
prélève des brins de fumée,
et crée de minces filaments
qui s’allongent et se tendent,
puis se brisent en deux
pour disparaître. 

Se déroulent alors des scènes anciennes.

J’essaye d’imaginer
le Trin Aspect déconstruit
au Je Ne Sais Quoi
et ce qu’aurait pu être
la Nouvelle Ecole
sans le Saut de la Foi—
mais mon pied dérape
(ou c’est le support qui cède)…

Au Savoir Vivre je retrouve
à temps la Salle d’Attention,
où Conman le Barbare
et Lego le Gentil
changent de places,
comme Nehmen et Nim
dans la Salle Empire,
et le spectre d’Hakuna Matata
c’est ton Oncle Feng Shui—
mais je crois voir une bille
qui roule, puis une autre
(la chambre est-elle de travers?)…

J’essaye de rompre
l’Emprise du Génie
et de tenter encore un effort
vers la fenêtre,
mais je me retrouve
au Savoir Faire,
et plutôt que d’encaisser
sur le Ravissement de L. MoMA
et jouer l’Enfant Voodoo pour
le Delicieux Supplice de M. Bond,
je vérifie la fiche d’alerte
sur mon casque, que je remets
dans la boîte marquée
JE JURE DONC JE SUIS
quand je crois entendre
un Son d’eau qui s’égoutte,
ou un battement électronique,
un ballon qui rebondit,
et puis une Voix qui chante,
qui appelle, qui hurle
(suis-je au fond de la Mer
des Beaux Jours?)…

Je m’efforce d’atteindre
la poignée de la fenêtre,
mais le Génie me séduit
par son jeu avec la fumée,
je suis au Laisser Faire
de nouveau dans le passé,
ce que je fais différemment
c’est suivre la musique
tout en parlant Jargon,
sur le chemin qui mène
de la scène des “MUSTS”
jusqu’aux dioramas
du “PAS ENCORE”
et du “PAS POSSIBLE”—
quand le sol soudain
se met à trembler,
l’odeur de sapin envahit
la pièce, les crochets et le mur
deviennent comme chair chaude
au toucher…

Regardant toujours par-dessus
mon épaule, je me reprends,
je tend la main vers
la fenêtre, mais le charme
persiste, je retombe au temps
du Laisser-Passer, trois Démons
à la Porte Modo Ralentie…
plutôt que l’acceuil d’antan
je n’offre que silence,
je laisse faire le troisième,
qui me mène au-delà
des deux autres, au-delà
de la pagaille
et des tas de papiers,
traités par Maestro
dans Fond(s) du Complexe,
vers le Goulot Enfoui
et la Sortie Thérapeute,
qui approchent—
et détournant la tête,
me dégageant enfin…
JE MONTE!

Je me lève vers la fenêtre
et je saisit la poignée.

Je tire dessus,
de toutes mes forces,
ensuite de tout le poids
de mon corps
et, lâchant prise avec les pieds,
je reste comme ça, suspendu.

Basculant d’un côté,
et de l’autre…

[2]

Le Génie de la Forêt Méta
a disparu.

M’accrochant à la poignée,
suspendu contre le mur,
je me demande si forcer
ce seuil à s’ouvrir
ne serait pas une erreur Méthodique.

Ma situation ne peut-elle pas
représenter une traduction
Factoïdale-Contre-Archaïque
du Paradoxe Apokalyptique…
ou bien une variante Techno-Hystérique
de l’Attrape Deep Blue
un revers Scientologique-Ontologique
du Mysterium Insolubilis
de Werther & Erhardt?

Le levier commence à céder.

Je tire dessus, en me hissant;
je sens qu’il va lâcher,  
se dégager de son axe E-O
sous le poids de mon corps.

Comme la Manie dépeinte
par les Poètes Inconnus de Millésime,
une sensation étrange me saisit
à l’idée de passer outre,
de me placer au-delà
du seuil dans l’un ou l’autre
Site Panoramique,
de retrouver le Joint Brisé
dans la Chambre de Contrôle,
de communier avec le Graal
de la Génération Nouvelle,
de m’exercer à la Maîtrise
Complète de l’Espace Centrale,
de la Matière Grossière.

Et alors—Vision des Visions!—
comme si guidé par l’Esprit
de la Pensée Agitée,
l’Illumination me vient de P-C
et ses Histoires de la Tribu [2001]:
je suis confondu par le pouvoir
Mythique de “Dick! Scélérat! et
les Quarante Souverains de la Sagesse,” l’histoire de “La Lancée du Crâne,”
le Jeu qui s’est déroulé sur
le Continent Perdu de la Temporalité,
jusqu’au coup Fatal
entre Soldat Benjamin et Becks.

L’impression croissante
que la poignée, à laquelle
je suis suspendu
et que je tiens maintenant
des deux mains, va s’aligner
momentanément dans l’axe N-S,
et que la fenêtre va s’ouvrir,
fait revivre le Jeu,
comme si j’étais témoin
devant l’Energie
dans chaque lancée et chaque prise,
et devant la Vitesse du crâne,
se précipitant au long du paysage.

Je sens de nouveaux Circuits Neuraux
s’allumer, je suis libre et puissant,
comme un Souverain de la Sagesse
moi-même, sûr de ma voie,
prêt à la poursuite
de mon Destin—
j’entends la Voix qui retentit
avec chaque coup lancé,
de Souverain en Souverain,
par-dessus les montagnes et vallées,
de part et d’autre le Champ Moléculaire…
et puis une autre Voix…
rappelant que le crâne finalement
est tombé par terre.

Et le moment arrive où,
resté bloqué, le levier se casse, 
la poignée se détache:
je tombe sur le dos,
me cognant la tête…

Je me lève et je regarde
la poignée: le Métal porte
des dessins de spirales,
de croix gammés, de triquètres,
d’arrobas; la pierre est Blanche,
comme la vitre.

Les signes indiquant que je devrais
lancer la poignée et détruire
la vitre sont ambigus,
parce que la chambre entière
tient lieu de Contexte;
je le sais par l’impression
que la poignée me fait
dans la main, par son poids,
par ses dimensions et sa forme,
par ses dessins.

Si je me sers
du Cercle Rompu de Qa
comme référence, alors la vitre
représente l’Inachèvement pour
commencer, et la briser en éclats
confirme ma propre déconfiture;
par contre, transgresser le seuil
rappelle “Le-Sexe-dans-la-brise »
de Trista, selon ART-O-TARO
VOLUME X: « le SANG-BUSH, »
tremblant dans le « Vent du Jour. »

Je me tiens face
à la vitre, faisant bondir
la poignée dans les doigts,
la remettant en l’air
à chaque fois, pour prendre
de l’Elan.

Traduit de l’américain par l’auteur

 

*Nana-korobi, ya-oki.” (“Tombes sept fois, lèves-toi huit fois.”) – Daruma Daishi

“L’histoire… est un cauchemare dont j’essaye de me réveiller.” –  James Joyce, Ulysses

 

 

 

NU:  2 fragments *
(excerpted from Fragments from Mu)
André Spears

Premise: After the ultimate move in a game of Tarot the narrator has fallen into a trance, from which he is trying to awake. He describes his experience in an imagined letter to his Love.

[1]

I think
I have been here
before.

Ceramic vulvas
line the locked gate.

The First Law of E-motion,
as Theorized by D.J. Com
at Faux Pas
in the Greenspan Age,
transports me behind a Firewall.

Two large thumbs turned up,
like hooks in the wall,
point the way toward the window: left hand on the upper thumb,
right foot on the lower one,
and, stretching, right hand
onto the latch.

I start climbing.

As I lift myself up,
I spot graffiti before me
that says “README,”
while behind me the Firewall falls,
leaving an Abstrakt pillar of smoke in its place.

I peer over my shoulders dialectically,
foreclosing the Eternal Rerun
with a left-brain wedge.

The lock turns in the gate:
the ceramic vulvas that line
the entrance morph into Lotuses… seaweed… Rhizomes… moss… Flashbulbs—pop!pop!pop!pop!pop!

Through the gate,
from the far corner
on my left, enters the fourfold (Beatific) manifestation
of my Jailer: a smiling woman
half-remembered, her legs crossed,
her feet arched, who is Shiva
of the Weak Force,
Champion of the Tootsies,
reborn as Startrip th’Irenic,
in the guise of Mr. Clean,
the Genie of Meta Forest.

The Genie, oiled and naked
with pointed Nails—
as in Viagra’s vision
of Cirrus and Nyce—
starts to stroke the Abstrakt smoke
with Magick gestures,
and gazes at me, grinning.

“Slave of Regret!
Behold the Map of Things Past!”

I recognize Chapter M Verse MM
from the PlayStation Manual,
and hold my position—
peering over my shoulder,
like Headsman Hertz
before the Hale Bop Lights
in the Latter Days.

Rubbing thumb against fingertips,
the Genie draws strands
from the smoke, and weaves filaments into long thin rods
that break in two and dissolve.

Old scenes begin
to play themselves over.

I try to picture
the Grand Trine deconstructed
at Le Je Ne Sais Quoi
and what the New School
might have been
without the Leap of Faith—
but my foot slips
(or the toehold gives way)…

At Le Savoir Vivre
I find the WaitRoom
in time, where Conman
the Barbarian and Lego
the Gentile trade places,
like Nehmen and Nim
at the Empire Room,
and the ghost of Hakuna Matata
is your Uncle Feng Shui—
but I think I glimpse
a Marble rolling by,
and then another
(did the room tilt?)…

I try to break
the Genie’s Web
and make another grab
for the window,
then I find myself
back at Le Savoir Faire,
and this time,
rather than cash in
on MoMa’s Rapture
and play Voodoo Child
to Mr. Bond’s Finest Torture,
I check the warning tag
on my helmet,
return it to the “box” marked
I SWEAR THEREFORE I AM
when I think I hear
the Sound of dripping water,
an electronic beat
or a ball bouncing,
and the Sound of singing,
or a Voice shouting, calling
(am I under the Ocean
of Happy Days?)…

I try again for the window’s
handle, the Genie’s play
with the smoke seduces me,
I am back in the past
at Le Laisser Faire,
what I do differently now
is follow the music and
keep up the Double-Talk,
on my way from the stage
of “MUST SEE”
to the “NOTHING YET”
and “NOT AGAIN” dioramas—
and suddenly the ground
starts to tremble, the smell
of pine floods the room,
the hooks and the wall
feel like warm flesh…

Still looking over my shoulder,
I tighten my grip and reach
for the window
with my right hand,
yet the spell persists,
I slip into the time
at Le Laisser Passer,
three Guardians
by the Slo Mode portal…
rather than greet them
as in the past
I keep silent,
let the third one
usher me past the other two,
past the clutter and the piles
of paper pictured in Maestro’s
Background(s) of the Complex,
toward the Sunken Bottleneck
and Therapeutical Exit,
that draw near—
and with a turn
of the head, breaking away…
UP I GO!

I reach for the window’s handle
and seize it.

I pull down,
as hard as I can,
then I pull
with all my weight,
releasing my foothold,
hanging in mid-air.

Swinging, back and forth…

[2]

The Genie of Meta Forest
has disappeared.

Gripping the handle
and hanging off the wall,
I start to wonder
whether trying to force
this threshold open
is a Methodical error.

Does my predicament represent
a Factoidal-Counter-Archaic
translation of the Apokalyptic Paradox…
or a Techno-Hysterical variant
of the Deep Blue Trap…
a Scientological-Ontological twist
on the Mysterium Insolubilis
of Werther & Erhardt?

The latch starts to give.

I tug on the handle,
pulling myself up;
I can feel it loosening, 
about to disengage
from its E-W axis
under the full weight
of my body.

Like the Mania described by
the Unknown Poets of Goodyear,
a strange excitement overtakes me
at the thought of crossing over, connecting beyond the threshold
with one or the other
Visibility Site,
identifying the Toggle Switch
in the Control Room,
communing with the Grail
of the Next Generation,
exercising Complete Control
over Central Space,
over Food for Thought.

Then—Vision of Visions!—
as if guided by the Spirit
of Racing Thoughts,
Enlightenment comes from P-C’s
Tales of the Tribe[2001]:
I am overwhelmed
by the Mythic power
of “Dick-Head! Tricky!
and the Forty Masters of Wisdom,” the tale about “Tossing-the-skull,”
the Game played across
the Lost Continent of Temporality,
until the fatal throw from
Private Benjamin to Becks.

The mounting sensation
that the handle, from which
I now hang suspended
by both hands, will shift
at any moment to N-S,
and release, brings the Game
to life, as if I were
witness to the Energy
in every throw
and every catch, and
to the speed of the skull
whirling across the landscape.

I feel new Neural Circuits wakening,
I am powerful and free,
like a Master of Wisdom myself, certain of my path,
poised for a clearing
of the way—I hear
the Voice that cries out
with every throw,
from Master to Master,
over mountains and valleys,
back and forth
across the Molecular Field…
then another Voice…
recalling how the skull
finally dropped to the ground.

And a moment arrives when,
failing to open, the latch breaks,
the handle snaps off: I fall
and land on my back,
hitting my head…

 

I get up and look
at the handle:
the Metal shows patterns
of spirals and fylfots,
triskelions and arrobas;
the stone is White,
like the glass.

The signs that I should
throw the handle
and smash the glass
are ambiguous,
because the entire room
is the handle’s Context;
I know from the way
that it feels in my hand,
from its weight, its shape
and size, its markings.

If I take the Broken Circle
of Qa for reference,
then the glass stands
for Incompleteness to begin with,
and smashing it proves my undoing; by contrast, breaking through
the Threshold recalls Tristran’s
“Sex-in-the-Breeze,” according to
ART-O-TARO VOLUME X:
the “BLOOD” on the “BUSH,” “…trembling in the Night Wind.

 

I face the glass, tossing
the handle in my fingers,
up and down, for Momentum.

 

*Nana-korobi, ya-oki.” (“Fall down seven times, stand up eight.”) – Daruma Daishi

“History… is a nightmare from which I am trying to awake.” – James Joyce, Ulysses